Les dispositifs d'hébergement

 
 
Présentation des différents dispositifs d'hébergement mis en place au sein du département et bénéficiant de contributions financières de l'Etat au titre des missions de prévention de l'exclusion et d'insertion des personnes vulnérables menées par les services de la Direction départementale de la cohésion sociale du Loiret (DDCS).

L’accueil en hébergement est considéré comme temporaire. Il est destiné aux personnes, sans domicile ou contraintes de le quitter en urgence, en situation de précarité et connaissant de graves difficultés sociales.

Ces personnes sont orientées par le service intégré d’accueil et d’orientation (SIAOservice intégré d'accueil et d'orientation) qui centralise les demandes et les offres d’hébergement au sein du département.

De l’abri immédiat à l’hébergement d’insertion, différents dispositifs peuvent être mobilisés afin de répondre à ces situations de grande exclusion.

I. L’hébergement d’urgence :

L’hébergement d’urgence est destiné à apporter une solution, immédiate et de courte durée, en offrant des prestations de première nécessité (abri de nuit, couvert, hygiène...) à des personnes sans-abri ou brutalement confrontées à une absence de logement.

L’accueil est « inconditionnel », sans sélection des publics accueillis et sans condition de régularité de séjour. Aucune condition de ressources n’est, par ailleurs, exigée.

Au-delà de la mise à l’abri, les structures d’hébergement d’urgence ont la possibilité de réaliser une évaluation de la situation des personnes accueillies afin de mettre en place une orientation vers des structures d’insertion adaptées. 

II. L’accueil de stabilisation :

Ce dispositif vise un public très désocialisé, parfois à la rue depuis plusieurs années et en rupture avec les structures classiques.

Il doit proposer un accompagnement social afin de permettre aux personnes éloignées de l’insertion, de se stabiliser et de favoriser leur orientation ultérieure vers des structures adaptées à leur situation.
La durée de séjour est en moyenne de 6 mois. Elle n’est cependant pas limitée dans le temps afin de favoriser l’émergence d’un projet (accès à l’emploi, au logement…) même s’il n’aboutit pas à une autonomie complète de la personne.

  • En sus des places de stabilisation ouvertes au sein des centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRSCentre d'hébergement et de réinsertion sociale), le Loiret dispose en 2014 d’une structure d’accueil de stabilisation de 16 places. La prise en charge concerne plus particulièrement les hommes seuls, parfois en errance. Ce public est très souvent composé de jeunes de moins de 25 ans.

III. Les Centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS ) :

Les CHRSCentre d'hébergement et de réinsertion sociale sont des établissements sociaux relevant du Code de l’action sociale et des familles. Ils sont généralement gérés par des structures associatives.

Ils ont pour mission d’assurer l’accueil, le logement, l’accompagnement et l’insertion sociale des personnes ou familles connaissant de graves difficultés d’ordre économique et social, par la mise en place d’un projet socio-éducatif individualisé.

Leur public se compose notamment de femmes victimes de violence, de personnes confrontées à l’alcoolisme et aux toxicomanies ou bien sortant d’incarcération.

La tarification, le contrôle, le suivi ainsi que le financement de ces structures par l’attribution de dotations globales de fonctionnement sont assurés par l’Etat.