Comment garantir la sécurité des aliments ?

 
 
Garantir la sécurité des produits alimentaires c’est prévenir et gérer les risques que peuvent occasionner.
  • des agents de contamination d’origine biologique (parasites…), microbiologique (prions, virus, bactéries, mycotoxines…), physique (présence de corps étrangers tels que morceaux de verre ou de métal) ou bien encore chimique (résidus de médicaments vétérinaires ou de pesticides provenant du traitement des animaux et des cultures, métaux lourds, dioxines et PCB provenant de pollutions environnementales ; traces de substances entrant dans la composition des produits de nettoyage ou des emballages) ;
  • des substances volontairement utilisées dans la fabrication de certains aliments mais qui doivent faire l’objet d’une surveillance (additifs, auxiliaires technologiques, arômes, ingrédients issus d’organismes génétiquement modifiés, ingrédients nouveaux issus de l’innovation industrielle ou sans historique de consommation en Europe) ;
  • des substances naturellement présentes mais qui ne sont néanmoins pas sans risque pour certains consommateurs (substances à l’origine d’allergies ou d’intolérances alimentaires).

Les risques que peuvent présenter ces agents et substances sont évalués par des instances scientifiques (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail en France, Autorité européenne de sécurité des aliments au niveau communautaire).

Sur la base de ces évaluations, les responsables politiques européens et nationaux (En France, ce sont les ministres chargés de l’agriculture , de la consommation et de la santé) arrêtent des mesures qui visent à limiter les risques à un niveau acceptable et qui s’imposent aux opérateurs intervenant tout au long de la chaîne alimentaire (c’est l’approche dite « de la fourche à la fourchette »).