Autorisations ICPE et autorisations uniques

LIGERIENNE GRANULATS à NEUVY-EN-SULLIAS

 
 

Dossier d'autorisation environnementale

La société LIGERIENNE GRANULATS a présenté une demande d'autorisation environnementale relative au renouvellement de l'autorisation et l'extension de la carrière située à NEUVY-EN-SULLIAS.

Cette demande fera l'objet d'une enquête publique de 31 jours qui se déroulera du 11 mai au 10 juin 2021 inclus.

Avis d'enquête

> AVIS d'enquête publique LG - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,07 Mb

Dossier de demande d'autorisation environnementale

> _Ligerienne Granulats - Neuvy-en-Sullias - DOC1 - vDécembre2020 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 27,61 Mb

> _Ligerienne Granulats - Neuvy-en-Sullias - DOC2a - vDécembre 2020v40 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 30,54 Mb

> _Ligerienne Granulats - Neuvy-en-Sullias - DOC2b - vDécembre 2020 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 30,92 Mb

> _Ligerienne Granulats - Neuvy-en-Sullias - DOC2c - vDécembre 2020 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 2,65 Mb

> _Ligerienne Granulats - Neuvy-en-Sullias - DOC3 - vDécembre 2020 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 4,04 Mb

> _Ligerienne Granulats - Neuvy-en-Sullias - DOC4 - vDécembre 2020 pages 1 à 305 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 37,59 Mb

> _Ligerienne Granulats - Neuvy-en-Sullias - DOC4 - vDécembre 2020 pages 306 à 579 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 35,93 Mb

> _Ligerienne Granulats - Neuvy-en-Sullias - PLAN N°1 - Plan de situation - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 5,42 Mb

> _Ligerienne Granulats - Neuvy-en-Sullias - PLAN N°2 - Plan des abords - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,06 Mb

> _Ligerienne Granulats - Neuvy-en-Sullias - PLAN N°3 - Plan d'ensemble vDécembre 2020 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 2,65 Mb

> _Ligerienne Granulats - Neuvy-en-Sullias - PLAN N°4 - Plan topographique - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 2,35 Mb

Avis

Avis technique SAGESchéma d'aménagement de gestion des eaux

> Note technique SAGESchéma d'aménagement de gestion des eaux Carriere_Neuvy-en-Sullias - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,72 Mb

Avis de la Mission Régionale d'Autorité environnementale

> avis MRAe - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 4,43 Mb

Réponse de l'exploitant

> réponse exploitant - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,23 Mb

Observations et propositions du public sur le dossier d'enquête

Les observations et propositions du public sur la demande et le dossier de la société LIGERIENNE GRANULATS peuvent être, pendant la durée de l'enquête publique :

- inscrites sur le registre d'enquête en mairie de NEUVY-EN-SULLIAS

- adressées au commissaire enquêteur par voie postale en maire de NEUVY-EN-SULLIAS

- transmises par courriel à l'adresse suivante : ddpp-sei-lg@loiret.gouv.fr

Les observations et les propositions transmises par messagerie électronique sont reportées ci-dessous dans les meilleurs délais

Date observations et propositions P.J.
Le 18/05/21 à 16h02

Mr le commissaire enquêteur

Propriétaire d’une maison a la guette  (commune de Neuvy en sullias)

Le projet de l’extension de la carrière sera a 100m derrière ma maison ( vue sur la  foret Sologne), destruction

du paysage avec un merlon de 4m de hauteur , bruit et poussière généré par

l’extraction et le comblement par la suite  .

ma femme et moi-même somme retraité ,notre quotidien sera fortement dégradé

notre maison perds de sa valeur ,estimation agence immobilière , 

aucune considération de la ligérienne pour notre bien être .

cordialement

Mr larquet Guy

 
     

le 31/05/21 à

9h53

Bonjour,

 Voici mes remarques, en tant que Neuvysullienne, concernant l’extension de la carrière :

 Je suis personnellement contre ce projet, considérant que le village de Neuvy  subit déjà depuis 2006 les désagréments de la carrière actuelle, tant sur le plan visuel qu’écologique.

Des montagnes de terre retournée, la disparition pendant plusieurs années de la biodiversité, des clôtures,  des engins de chantiers,  un trafic de camions densifiés, tel est le paysage sur 21 hectares, et le projet va encore s’étendre sur 80 ha, et ce pendant 30 ans…

Il faudra plusieurs décennies avant de retrouver un paysage acceptable et vivant.

Par ailleurs, à 5 km à vol d’oiseau, la carrière de Guilly nous offre déjà ce spectacle désolant, ce qui finit par faire beaucoup sur des zones aussi rapprochées pour les habitants alentours.

Le village de Neuvy fait déjà l’objet de nuisances avec le poulailler industriel du domaine de l’Orme (mouches et odeurs récurrentes), un abord de village enlaidi par une zone d’activité en bordure de départementale, sans brise vue, et de plus en plus invasive (engins, stockage de gravats, débordement de voitures…), deux antennes téléphoniques proches l’une de l’autre…

 Pour toutes ces raisons, je pense qu’il serait temps de faire cesser les nuisances supplémentaires sur ce village.

 Laurence Boléat

La petite Brosse

45510 Neuvy-en-Sullias

 
     

le 02/06/21

à 11h32

Monsieur le Commissaire,

 Nous voulons croire que cette enquête publique n’a pas pour seul objet de  préserver les formes, mais saura réellement  prendre en considération nos observations, et ce en dépit de lourds  enjeux économiques et financiers .

 L’exploitation de la carrière de NEUVY EN SULLIAS   dans son périmètre ancien provoquait déjà de graves nuisances que  son extension aggraverait  beaucoup  .

 La proximité des maisons n’échappent à personne , les habitants devraient vivre avec des nuisances sonores encore plus violentes : klaxon de recul des engins, concassages des agrégats, bruits des camions ; et  respirer un air pollué par les poussières provoquées par les transports. ……..

 La départementale D 951 ( dont la couche de roulement est en cours de restauration …..) déjà accidentogène , le serait  plus encore. Les touristes qui l’empruntent pour découvrir « le territoire de Nature et de Culture », «  les paysages culturels vivants  » inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCOUnited nations educational, scientific and cultural organisation Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture  ne manqueraient  pas d’apprécier le décalage entre la promesse et la réalité des faits et devraient s’obliger, en suivant sagement les camions benne, à ne porter leur regard qu’ au Nord.

 Ceux qui sont à la découverte d’un village classé NATURA 2000 seraient évidemment en droit de s’interroger sur la pertinence de ce classement.

 Le décalage entre ce qui est mis en avant pour promouvoir le tourisme  et la réalité des fait deviendrait, si cette extension était autorisée ,  tellement patent , qu’il contribuerait évidemment  à renforcer les doutes d’une population rurale qui  veut encore  croire qu’elle n’aura pas à tout subir.

 Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Commissaire, l’expression de nos sentiments distingués.

 Dominique et François FINOUS

 

le 04/06/21

à 19h36

Avis concernant l’extension de la carrière de Neuvy en SulliasEn 2006, une autorisation d’exploitation a été octroyée à la LIGERIENNEGRANULATS sur unesuperficie de 278 367 m2, et pour une durée de 15 ans. La quantité annuellemaximale de matériaux extraitsautorisée est de 150 000 t/an. Cette autorisation a été augmentée de 3 ans pours’achever en 2022.Alors qu’il est clairement précisé que la durée de cette autorisation initialeest de 15 ans, laLigérienne demande une prolongation et une extension de cette autorisationd’exploitation à 80hectares et pour une durée de 30 ans. La taille future de cette carrière devraittripler l’empriseactuelle pour dépasser largement celle de la zone urbaine de la commune deNeuvy.L’ampleur géographique de cette extension et son passage de 15 à 30 ansremettent en cause denombreuses contraintes pesant sur les habitants de Neuvy. En effet, ladépréciation de la valeurfoncière des biens avoisinants est considérablement accrue par cetteaugmentation d’emprise et dedurée d’exploitation. Par ailleurs, les nuisances induites par la circulationdes poids lourdsaugmentent considérablement que ce soit dans le sens de l’évacuation desminéraux extraites maisaussi, dans l’autre sens, par l’apport de matériaux de remblais nécessaire pourlimiter la suppressiondes zones humides. Il convient de noter que les poids lourds effectuant unretrait et un apport parun même trajet sont relativement rares car les zones de chargement et dedéchargement sontrarement les mêmes.Il apparait que la zone de couverture de l’enquête publique est trop restreintecar la zone detransport des matériaux dépasse très largement le territoire des communesvoisines. Cette superficieet cette durée d’exploitation sont très supérieures aux données communémentconstatées dans levoisinage et pour des communes de taille similaire. Cette extension n’est passans inquiéter lesriverains des carrières voisines qui craignent que des demandes d’extensionpuissent être accordéesultérieurement. L’acceptation de cette demande d’extension remet en cause lecrédit accordé à lademande initiale. Une durée d’exploitation de 15 ans est difficilementsupportable mais porter cettedurée à 30 années devient totalement inacceptable. Il conviendrait de partagersur plusieurs autrescommunes ces prélèvements en volume et en durée.En outre, l’enquête publique devra permettre d’inclure dans ses réponsesl’incidence financière surles finances publiques en précisant les montants des taxes payées par laligérienne granulat ainsi quela répartition de cette somme entre la commune de Neuvy et de la communauté decommunes aucours de l’exploitation actuelle, puis, après cette demande d’extension (si elleest acceptée) et, enfin,que deviendra cette somme à la fin de l’exploitation.Sans que soit conduite cette réflexion sur l’incidence technique et financièrede cette carrière, cettedemande d’extension doit être écartée en mettant fin au plus vite àl’exploitation de l’empriseactuelle.Enfin, il devient souhaitable qu’une réunion publique soit organisée par lamairie avec l’ensemble deshabitants de Neuvy en Sullias. Et, pour que le débat soit complet et objectif etque soit pris encompte l’avis des habitants de la commune, il conviendrait que cette réunion setienne entre élus etadministrés hors de la présence de l’exploitant.Didier FournierPrésident de l’Association pour la préservation et l’amélioration du cadre devie des habitants deNeuvy
 

le 05/06/21

à 6h42

Bonjour

Je vous prie de trouver joint l'avis suite à l'enquête publique concernant l'extension de la carrière de Neuvy en Sullias

Je m'appelle Didier Fournier et je réside au lieu-dit Le Briou à Neuvy en Sullias (45510).

Avec mes remerciements

Didier Fournier

Président de l'Association de Préservation et de l'Amélioration des Conditions de Vie des habitants de Neuvy en Sullias (APACVN)

> avis destiné à l'enquête publique concernant l'extension de la carrière de Neuvy en Sullias - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,42 Mb

le 05/06/21

à 13h57

Monsieur le commissaire, 
Je souhaite poser quelques question à la Mairie qui a donné l'autorisation d'être là ou nous en sommes avec le massacre annoncé du paysage de Neuvy.

Quel est l'intérêt pour les habitants de votre commune ? Pourquoi sacrifier davantage la valeur des biens immobiliers de vos administrés demeurant à proximité ?En fonction des réponse aux deux précédentes, une troisième question pourrait venir: "A qui profite le crime ? "Salutations distinguées.Richard Houant.

 

le 06/06/21

à 18h34

Bonjour Je vous prie de bien vouloir trouver en pièce jointe au présent mail l'ensemble de mes remarques sur le projet d'extension de la carrière de Neuvy en Sullias soumis actuellement à enquête publique.

> Reponse-EP-carrière2021-VF - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,15 Mb

le 09/06/21

à 17h05

Bonjour,

 Je suis propriétaire de la ferme de la Thibardière. La carrière s’approchera bientôt 150m du côté ouest de notre maison (vents dominants)

Le bruit, les poussières et les reculements des engins vont encore augmenter !

Notre propriété va encore une fois perdre en valeur.  Nous devrons probablement poursuivre en justice pour la dépréciation.

La nature sera perturbée pendant plusieurs années.  

Entre Sully s.Loire et Tigy du côté Sologne il y a déjà une carrière après l’autre. Des montagnes de terre retourné, des arbres abattus, la poussière sur les routes, des camions qui circulent du matin jusqu’au soir.

Le village de Neuvy-en -Sullias a que des nuisances avec cette carrière!

Neuvy-en-Sullias inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO ! Bravo !

 Cordialement

Barbara et Alfred Hagmann

Ferme de la Thibardière

45510 Neuvy-en-Sullias

 

le 09/06/21

à 22h58

Monsieur le commissaire enquêteur,Je vous prie de bien vouloir trouver mon avis sur la demande d'autorisation environnementale relative au renouvellement de l'autorisation et l'extension de la carrière située à NEUVY-EN-SULLIAS.

En qualité de riverain qui passe tous les jours entre les merlons des deux secteurs de la carrière actuelle, mais aussi en tant que personne sensible à la beauté des paysages et à celle des multiples espèces qui les peuplent, je tiens à vous remonter quelques interrogations et demandes de précisions vis à vis du projet d'extension soumis à l'enquête publique.

Pourquoi la Ligérienne granulat a-t-elle opté pour une remise en état par remblaiement, au lieu de laisser des plans d'eau ?

Ce choix n'est pas sans conséquence pour l'environnement, ni pour les riverains condamnés à la double peine ! Plus de camions, plus de bruits et des risques importants de pollution de la nappe (cf reportage complément d'enquête de France 2 https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/video-complement-d-enquete-revele-comment-le-chantier-du-grand-paris-express-contourne-la-reglementation-pour-stocker-des-terres-polluees_4346613.html ) pour au final restituer des terrains totalement impropres pour l'agriculture. En effet, ces terres présentant à la base de très faibles potentiels agronomiques (cf étude pédologique de la chambre d'agriculture du Loiret) qui n'intéressaient déjà plus aucun exploitant-agricole depuis plusieurs années avant l'arrivée de la Ligérienne, ne risquent pas de trouver preneur après un remblaiement par des mètres de déchets inertes surmontés uniquement par une maigre couche de 30 cm terre ; alors même que le Schéma Régional des Carrières adopté en 2020 par le préfet de région recommande à minima 50 cm de terre en surface pour un usage sylvicole reconnu comme moins exigeant qu'une vocation agricole ! Pourquoi, dans ces conditions, la ligérienne mise-t-elle donc sur une remise en état du site avec remblaiement et restitution de soi-disant terrains à vocation agricole ? Alors qu'à l'opposé, un site constitué de plans d'eau avec une vocation écologique de conservation de la biodiversité combinée à des activités de loisir (pêche, promenade) aurait été beaucoup plus à l'avantage des habitants du village en guise de retour sur les nuisances vécues...

La motivation du carrier à opter pour le remblaiement est d'autant plus gênante que ce choix n'est pas neutre du point de vue financier. L'étude de 14 pages de l'ADEME de 2012 (https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/86091_synthese-etude-prix-dechets-inertes-btp-2012.pdf ) note que le prix moyen d'acceptation des déchets inertes en carrière était à l'époque de 7€/tonne hors taxe. Sachant que les capacités d’accueil seraient de 2,8 millions de tonnes, je m'interroge sur l'objectivité du carrier pour opérer un choix impartial...

De plus, le logique d'enfouir des déchets inertes semble aujourd'hui d'un autre temps, alors que des solutions de recyclage sont désormais plébiscitées afin de limiter l'enfouissage aux seuls déchets ultimes (cf SRC document 4 p17).

J'insiste également sur les nuisances sonores additionnelles induites par le choix du remblaiement au lieu de laisser les plans d'eau. Ces dernières réduisent considérablement les efforts réels consentis par la Ligérienne pour baisser ses nuisances lors des phases extraction et vente. En effet, les engins de la Ligérienne sont tous équipés d'un émetteur de recul spécifique (cri de lynx) dont le son ne se propage qu'à faible distance. Ce dispositif est très efficace et nous n'avons rien à redire à ce jour, mais demain, il pourrait en être tout autrement avec un remblaiement de cette ampleur : les riverains seraient tous confrontés aux avertisseurs de recul classiques et très sonores des camions des entreprises extérieures, bien obligés de reculer avant de benner leurs cargaisons de déchets inertes. A cela s'ajouterait le bruit du glissement des gravats sur le fond métallique de la benne : tout un programme sonore dont nous avons heureusement été à l’abri durant la première autorisation d'exploitation puisque la surface effectivement remblayée a été très faible.

Lors d'une « commission carrière », la représentante de la ligérienne a indiqué que l'Etat imposait désormais le remblaiement des carrières pour des raisons de préservation de la ressource en eau, or, l'analyse du SAGESchéma d'aménagement de gestion des eaux, en se basant sur l'étude d'incidence, conclut à un impact négligeable sur les débits moyens du Dhuy même pour la surface en eau maximale (avec 48,6 m3/h) et considère le projet compatible avec le SAGESchéma d'aménagement de gestion des eaux.

Ma question est donc la suivante : est-ce que l'Etat impose réellement à la Ligérienne de remblayer toutes les fosses ? Et si oui, quelle est la base réglementaire et la justification technique vis à vis de ce projet, vus les impacts mineurs annoncés par l'étude d'incidence et les conclusions du SAGESchéma d'aménagement de gestion des eaux ? Pourquoi ne pas viser un remblaiement de moindre ampleur afin de constituer un autre plan d'eau totalement dédié à l’accueil de la biodiversité ?

Demande pour que les actions en faveur de la biodiversité prévues lors de l'exploitation et de la remise en état s'inscrivent dans un objectif à très long terme, après le départ de la Ligérienne, par la mise en place dès à présent, de conventions de gestion avec des spécialistes de la gestion des milieux naturels (mesure 17 SRC).

Que se passera-t-il si aucun agriculteur ne souhaite exploiter les 50 ha de prairies humides « restitués à l'agriculture » ? Tous les efforts de suivi écologique et de restauration écologique seraient réduits à néant. Il conviendrait donc que la ligérienne prévoit, dès maintenant, un budget spécifique dédié et anime une démarche dans ce sens, pour garantir une gestion écologique de l'ensemble des terrains, après exploitation, par exemple en envisageant à terme un classement en Espace Naturel Sensible... En l'état, pour moi, le volet « remise en état » manque totalement d'ambition et de planification sur l'usage futur du site. A la page 99 du document n°4 on voit un plan de remise en état uniquement destiné à la pêche et à la promenade mais avec peu d'espaces spécifiques dédiés à la biodiversité, alors que le SRC invite à la prise en compte de cette dimension (par ex en réalisant un sentier seulement sur une partie du périmètre du plan d'eau).

Enfin aucune étude de faisabilité technique sur les possibilités de baignade n'a été faite alors que c'est recommandé dans la mesure 18 du SRC. De fait, en proposant une plage, et une zone dite « de loisir », la demande de baignade va surement émaner rapidement et il serait mieux d'avoir une étude sur la question.

En espérant que mes remarques et propositions trouveront un écho favorable.Frédéric MICHAU
La basse cour
Lieu-dit La Roseraie
45510 NEUVY EN SULLIAS

 

le 10/06/21

à 18h36

P r o v e n a n c e   :   C o u r r i e r   p o u r   W i n d o w s   1 0 
 B o n j o u r   M o n s i e u r   l e   C o m m i s s a i r e   e n q u ê t e u r . 
 H a b i t a n t   l a   c o m m u n e   d e p u i s   1 9 9 0   j e   v i e n s   d e   v i v r e   1 5   a n n é e s   a v e c   c o m m e   v o i s i n   p r o c h e   l a   c a r r i è r e   d e   l a   L i g é r i e n n e   G r a n u l a t s   e t   j e   v a i s   s u b i r   l e s   m ê m e s   n u i s a n c e s   p e n d a n t   3 0   a n s   d e   p l u s   . 
 L e   c o n s e i l   m u n i c i p a l     e n   p l a c e   e n   2 0 0 6   a   é t é   f o r c é m e n t   s é d u i t   p a r   u n e   r e n t r é e   d   a r g e n t   q u i   p e r m e t   d e   c o n t r a c t e r   d e s   c r é d i t s ,   s u r t o u t   l o r s q u e   p a r m i   l e s   é l u s   c e r t a i n s   n   h a b i t e n t   p a s   l a   c o m m u n e   e t   n e   s e r o n t   d o n c   j a m a i s   a t t e i n t s   p a r   u n e   q u e l c o n q u e   d é p r é c i a t i o n   i m m o b i l i è r e   n i   p a r   a u c u n   d é s a g r é m e n t . 
 E n   o u t r e   l a   s o m m e   d e   4 5 0 0 0   e u r o s   a n n u e l l e   ( o f f i c i e l l e m e n t   d é c l a r é e )   p e r ç u e   p a r   l a   c o m m u n e   d e v r a i t   é v o l u e r   n e t t e m e n t   a u   r e g a r d   d e   l a   d u r é e   d u   p r o j e t . 
 I l   a   é t é   d é c i d é   p a r   l e s   s e r v i c e s   d e   l   E t a t ,   v o i c i   p l u s i e u r s   d é c e n n i e s   d   i n t e r d i r e   l   e x p l o i t a t i o n   d e   g r a n u l a t s   d a n s   l e   l i t   m a j e u r   d e   l a   L o i r e ,   l e   r é s u l t a t   a u j o u r d   h u i   e s t   u n   r é e n s a b l e m e n t   c a t a s t r o p h i q u e   e n   c e r t a i n s   e n d r o i t s   d e   c e   f l e u v e   e t   l a   c r é a t i o n   d   i l o t s   e t   d   i l e s   q u i   a u   f u r   e t   à   m e s u r e   s e   v é g é t a l i s e n t . 
 U n   c o û t   i m p o r t a n t   d   e n t r e t i e n   e s t   à   l a   c h a r g e   d e s   c o n t r i b u a b l e s . 
 P l u t ô t   q u e   d e   m u l t i p l i e r   l e s   s i t e s   d   e x t r a c t i o n   d e   g r a n u l a t s   d a n s   l e   l i t   m i n e u r   e t   a u   s e i n   d e s   t e r r a s s e s   a c c u m u l é e s   a u   q u a t e r n a i r e ,   n e   s e r a i t   i l   p a s   p l u s   o p p o r t u n   d e   r é i n s t a l l e r   d e s   b a r g e s   f l o t t a n t e s   p o u r   a s p i r e r   l e   s a b l e   a c c u m u l é   s u r   d e s   e n d r o i t s   i n d é s i r a b l e s   d a n s   l e   l i t   d u   f l e u v e . 
 L e   c h a n g e m e n t   c l i m a t i q u e   ( f o r t e s   c h a l e u r   e n   é t é )   a   m i s   e n   e x e r g u e   l e   p r o b l è m e   d e   l a   r e s s o u r c e   e n   e a u   e t   d e   l   é v a p o t r a n s p i r a t i o n   d e   l a   n a p p e   p h r é a t i q u e   m i s e   a u   j o u r . 
 L a   s o l u t i o n   m i r a c l e   e s t   d o n c   l e   r e m b l a i e m e n t   d e s   e x c a v a t i o n s   d u e s   à   l   e x t r a c t i o n   d e s   g r a n u l a t s   ,   c e   c h o i x   d u p l i q u e   l e   n o m b r e   d e   c a m i o n s   s u r   l a   R D   9 5 1 . 
 L e s   s i t e s   d e   c o n s o m m a t i o n   d e   g r a n u l a t s   c o r r e s p o n d a n t   r a r e m e n t   a u x   l i e u x   d e   p r o d u c t i o n   d e   r e m b l a i s ,   l e   t r a f i c   ( à   9 5   %   v e r s   T i g y )   v a   s e   t r o u v e r   a u g m e n t é   d   a u   m a x i m u m   3 3   c a m i o n s   d o n c   d e   6 6   p a s s a g e s   j o u r n a l i e r s . 
 E n   o u t r e   l   é t u d e   d e   d a n g e r   n e   f a i t   n u l l e m e n t   f i g u r e r   l e   r i s q u e   d e   p o l l u t i o n   d e   l a   n a p p e   p h r é a t i q u e   a u   c o u r s   d u   r e m b l a i e m e n t . 
 A u c u n   p r o t o c o l e   n   e n c a d r e   l e s   r i s q u e s   l i é s   a u x   d é c h e t s   r é p u t é s   »   i n e r t e s   »   e t   p o u v a n t   p a r   m é p r i s e   d é v e r s e r   d e s   s u b s t a n c e s   n o c i v e s   d a n s   l a   c a r r i è r e .   
 L a   s e u l e   p r é c a u t i o n   e s t   u n e   o b s e r v a t i o n   v i s u e l l e   d u   c h a r g e m e n t   p a r   u n   o p é r a t e u r ,   c e c i   s e m b l e   a b s o l u m e n t   i n s e n s é .     I l   e s t   é v i d e n t   d e   m e t t r e   a u   p o i n t   u n   s y s t è m e   d e   c o n t r ô l e   d e s   i n t r a n t s   p l u s   s o p h i s t i q u é   ( p r é l è v e m e n t s   a l é a t o i r e s ,   a n a l y s e s   e t   r e c h e r c h e s   d e   p r o d u i t s   p o l l u a n t s & ) . 
 S i   l a   R D   9 5 1   b é n é f i c i e   à   c e   j o u r   d   u n   n o u v e a u   r e v ê t e m e n t   e t   d   u n e   a u g m e n t a t i o n   d e   l a   l a r g e u r   d e   l a   c h a u s s é e   a u c u n e   p r i s e   e n   c o m p t e   d e s   d e u x   r o u e s   ( p a s   d e   p i s t e   c y c l a b l e   e n v i s a g é e ) . 
 C e t t e   v o i e   v a   d e v e n i r   e n c o r e   p l u s   a c c i d e n t o g è n e . 
 A u   n i v e a u   d u   c a r r e f o u r   d e   s o r t i e   d e   c a r r i è r e   l a   v o i e   d   é v i t e m e n t   p r é v u e   p o u r   l e s   v é h i c u l e s   s e   d i r i g e a n t   v e r s   T i g y   s u r   l a   R D   9 5 1   s e   t r o u v e   t r è s   r é d u i t e   e t   a u g m e n t e   l e   r i s q u e   d   a c c i d e n t   s u i t e   à   l   é l a r g i s s e m e n t   d e   l a   v o i r i e . 
 L e   «   p é d i l u v e   »   p o u r   c a m i o n   n o m m é   «   l a v e   r o u e s   »   p r é s e n t   s u r   l a   v o i e   d e   s o r t i e   d e   l a   c a r r i è r e   e t   v a n t é   p a r   l e s   é t u d e s   p r é s e n t é e s   p a r   l a   L i g é r i e n n e   G r a n u l a t s   n   e s t   j a m a i s   u t i l i s é   p a r   l e s   r o u t i e r s   !   ?   & p o u r q u o i   ? 
 U n   c e r t a i n   n o m b r e   d e   c a m i o n s   s o r t e n t   d e   l a   c a r r i è r e   n o n   b â c h é s . 
 E n   2 0 0 6   l a   c o n s o m m a t i o n   é t a i t   d e   7 , 5   k g   d e   g r a n u l a t s   p a r   p e r s o n n e   e t   p a r   j o u r   c e t t e   d e m a n d e   n e   c e s s e   d   a u g m e n t e r   ,   i l   e s t   d o n c   f a c i l e   d e   c o m p r e n d r e   l e s   d e m a n d e s   d   o u v e r t u r e   d e   c a r r i è r e s   o u   l e u r   p r o l o n g a t i o n   d a n s   l e   t e m p s   . 
 C e p e n d a n t ,   i l   f a u t   a u j o u r d   h u i   u n e   p r i s e   d e   c o n s c i e n c e   é c o l o g i q u e   e t   c o m m e n c e r   à   s   i n t e r r o g e r   s u r   l   e x p l o i t a t i o n   d e s   m a t i è r e s   p r e m i è r e s   c a r   l a   c o n t i n u a t i o n   d e   l   e x p l o i t a t i o n   à   o u t r a n c e   e s t   u n e   p o l i t i q u e   p a s s é i s t e   q u i   m è n e   à   l   é p u i s e m e n t   d e s   r e s s o u r c e s   d   o r i g i n e   f o s s i l e   o u   n o n ,   n e   v a u d r a i t   i l   p a s   m i e u x   t e l l e   l   A l l e m a g n e ,   p r i v i l é g i e r   l a   r é u t i l i s a t i o n   d e s   m a t i è r e s   d e   d é m o l i t i o n   p a r   b r o y a g e   p l u t ô t   q u e   d e   s e   c o n t e n t e r   d e   b o u c h e r   l e s   t r o u s   c r e u s é s   p a r   l e s   c a r r i e r s   a v e c   d e s   p r o d u i t s   d e   d é m o l i t i o n . 
 J e   c o m p r e n d s   l a   p o s i t i o n   d e   M o n s i e u r   L i g l e t ,   P D G   d e   l a   L i g é r i e n n e   G r a n u l a t s   q u i   p o u s s é   p a r   l a   p o l i t i q u e   d e s   d i v i d e n d e s   r e v e r s é s   a u x   a c t i o n n a i r e s ,   r e c h e r c h e   l a   p é r e n n i t é   d e   l   a c t i v i t é   d e   l a   s o c i é t é   d o n t   i l   a   l a   c h a r g e   d a n s   l   o u v e r t u r e   e t   l   a g r a n d i s s e m e n t   d e   s e s   s i t e s   d   e x p l o i t a t i o n . 
 Q u a n d   t o u s   l e s   l i t s   m i n e u r s   d e s   f l e u v e s   f r a n ç a i s   r e s s e m b l e r o n t   à   d u   g r u y è r e   e t   q u e   l e s   c r u e s   c e n t e n a i r e s   a u r o n t   i n o n d é e s   d e s   m i l l i e r s   d   h e c t a r e s   p a r   r é s u r g e n c e   d e s   n a p p e s   p h r é a t i q u e s ,   i l   s e r a   t r o p   t a r d   p o u r   r e b r o u s s e r   c h e m i n .   J e   m e   p e r m e t s   d e   v o u s   r a p p e l e r   l e s   e x e r c i c e s   d e   n o t r e   e n f a n c e   s u r   l e   d é p l a c e m e n t   d e s   f l u i d e s   e n t r e   d e u x   b a i g n o i r e s   r e l i é e s   e n t r e   e l l e s . 
 A l o r s   q u e   f a i t   l   U N I C E M   p o u r   p r é p a r e r   l   a v e n i r   e t   p r ô n e r   l e   r e c y c l a g e   q u a s i - t o t a l   d e s   p r o d u i t s   d e   d é m o l i t i o n   e n   s u b s t i t u t i o n   a u x   m a t i è r e s   p r e m i è r e s   i s s u e s   d e   c a r r i è r e s ,   i l   e s t   t e m p s   d e   n é g o c i e r   u n   v i r a g e   e t   d e   r é a g i r   e n   a d u l t e   v i s i o n n a i r e   p o u r   l e   s a l u t   d e s   g é n é r a t i o n s   f u t u r e s . 
 C   e s t   p o u r q u o i   , M o n s i e u r   l e   C o m m i s s a i r e   E n q u ê t e u r ,   j e   v o u s   f a i s   l a   d e m a n d e   e x p r e s s   d e   d i m i n u e r   l a   s u r f a c e   p a r   d e u x   p o u r   p a s s e r   d e   5 9 , 2 9   h e c t a r e s   à   3 0   h e c t a r e s   p o u r   l a   f u t u r e   e x p l o i t a t i o n   d u   s i t e   d e   N e u v y   e n   S u l l i a s   e t   d e   r a m e n e r   l a   d u r é e   d   e x p l o i t a t i o n   p r é v u e   d e   3 0   a n n é e s   à   1 5   a n s   p o u r   l e   s a l u t   d e   l a   p o p u l a t i o n   d e   m o n   v i l l a g e   e t   d e s   c o m m u n e s   e n v i r o n n a n t e s   . 
 V e u i l l e z   r e c e v o i r ,   M o n s i e u r   l e   C o m m i s s a i r e   E n q u ê t e u r ,     m e s   r e s p e c t u e u s e s   s a l u t a t i o n s . 
 G i l l e s   Q u e l i n   
 L a   G r a n d e   B o u r r e l i è r e 
 4 5 5 1 0   N e u v y   e n   S u l l i a s 
 
 
 

Documents listés dans l’article :