La conservation des itinéraires de transports exceptionnels.

 
 

Une attention toute particulière doit être portée à la sauvegarde des itinéraires en particulier nationaux de transports exceptionnels.

Les cas les plus fréquents de dégradations sont liés à des constructions d’ouvrages à hauteur limitée et à des aménagements en traversée d’agglomération (giratoires, îlots, mobilier urbain).

La présence de carrefour giratoire, de plus en plus nombreux, peut être une gêne (valeurs minimales : rayon du giratoire 15 m, chaussée 8 m, sur-largeur 5 m) sur certains itinéraires de transports exceptionnels.
Généralement, les convois de première catégorie peuvent négocier les carrefours giratoires des routes principales en interurbain. Pour les convois de deuxième et de troisième catégorie, il faudra prendre des précautions particulières et consulter la cellule TSR.

Les recommandations peuvent être les suivantes :

* éviter les giratoires percés qui donnent une mauvaise perception de l’aménagement,
* prévoir des zones franchissables (sur-largeur) sur l’îlot central, les îlots séparateurs d’entrée, de sortie et en rive, pour les mouvements de tourne-à-droite,

* rendre possible la circulation à contresens par des mouvements directs de tourne-à-gauche,

* prévoir des équipements facilement démontables. Les transporteurs sont entièrement responsables des accidents de toute nature, des dégradations de la route, des ouvrages d’art et des réseaux des concessionnaires.